Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dernier Jardin - Lionel Bénard

midgard025-2012.jpg

Résumé :

Bretagne, 2005. Soldat blessé par la guerre et la violence, Michel Guévenin apprend que sa femme et son fils ont disparu dans d'étranges circonstances. Commence alors une quête pour l'homme, ainsi que l'enfant qu'il fut des années plus tôt. Elle le conduira dans les bois, où la sorcellerie régna durant des siècles. Michel parviendra-t-il à retrouver les siens ? Quelle est cette étrange silhouette qui rôde la nuit ? A la lisière du fantastique et du thriller, dans une Bretagne profonde, Le dernier jardin décrit une aventure entre rêve et réalité, où la complexité des émotions trouve écho dans la perte des illusions et de l'innocence.

Ce qu'on en pense :

Pas vraiment de la fantasy, pas tout à fait un polar, pas non plus fantastique mais un peu tout ça. Et c'est justement ce " un peu tout ça " qui fait l'originalité de cette aventure. Un mélange des genres qui a pour toile de fond l'enfance : l'enfance perdue, retrouvée, meurtrie, oubliée, l'enfance des contes. L'enfance qui est peut-être tout simplement la solution de ce thriller, à la fois haletant et poétique. Un thriller d'un autre genre qui invoque les puissantes légendes bretonnes, ses monstres et son folklore, et où la magie croise la route de tueurs fous. Une quête de mémoire, la quête d'un père à la recherche de son passé et de son enfant. Le dernier jardin se veut vraiment un roman atypique du fait de ce mélange savamment structuré des genres et au dénouement improbable. La parfaite alchimie entre suspens et poésie" ( source Amazon)

Mon avis : 

Lorsque j'ai vu la couverture, je me suis dit " oui c'est bien dessiné...certes ...mais si l'histoire est à l'image de la couverture ; ce livre risque fort de me déplaire !"

Quelle bêtise, mais vraiment quel jugement hâtif ! Ce roman est un vrai délice....un brin sanguinolant il est vrai... mais un vrai bon croisement entre la poésie, la philosophie, la fantaisie, le fantastique et l'horreur. 

On sent que Lionel Bénard a poussé loin ses recherches de la culture bretonne, qu'il a mené de vraies réflexions sur les dérives de la vie, de l'amour, et de la volonté. J'ai aimé cette histoire, captivante aux personnages originaux, au dénouement intelligent ( peut être un peu trop rapide quand même....j'ai aimé être tenue en haleine....et pour le coup...quelques pages en plus auraient vraiment été les bienvenues.)

Je conseille donc ce livre, qui malgré un abord visuel un peu gloque, est finalement très intelligent à l'écriture.

Quelques mots sur l'auteur :

Lionel Bénard est né en Bretagne. A 18 ans, il a écrit et publié sa première nouvelle , Le Testament de l'Ange. D'autres textes suivirent et ils parurent dans différentes revues et anthologies. L'un deux fut sélectionné par le journal Libération qui le publia sur le site internet. A Paris, il participe à des ateliers d'écriture pour ensuite diriger un fanzine intitulé Borderline, dédié au fantastique et à l’horreur. .

 


alexiane 24/10/2013 15:19


erratum.....oups mauvaise info...ce n'est pas l'auteur qui a dessiné mais une autre personne! Toutes mes sincères et plus plates excuses!!!! ( cela dit...je ne change pas d'opinion)

alexiane 31/07/2013 09:52


La personne qui m' a conseillé ce livre m' a expliqué que c'est l'auteur lui même qui a dessiné
la couverture. Sauf erreur, je trouve que Lionel Bénard donne une vision très horrifique avec ce dessin, aussi talentueux soit-il ( en effet, on voit que son talent ne se cantonne pas à
l'écriture !). L'histoire, même si il ne fait dans la dentelle, est tout même plus subtile ( écriture et intrigue). Il y a bien un univers un peu noir...mais ce n'est pas non plus au point de ce
que pourrait laisser entendre cette couverture. Bref, il ne faut pas s'arrêter à cette première impression !

conversation 31/07/2013 09:39









Alexiane : Ma dernière lecture : critique via mon blog de lecture 


21 juillet, 13:52 


















Kidae : Critique lue... Le coté sanguinolent me rebute un peu... 


21 juillet, 21:10 ·


















Alexiane  Le coté sanguinolant c'est pour la fin , mais rien d'insurmontable...La lecture d'un Chattam (Maléfices)m'avait bien plus
torturée par exemple ! En fait je trouve que la couverture ne donne pas la vraie mesure de ce livre. Mon père m'a dit que l'est l'auteur lui même qui l'avait dessinée mais n'empêche



21 juillet, 22:25 ·


















Kidae : Et par rapport à un Chattam, c'est dans la même veine ? (Je n'ai pas pu aller au bout du seul Chattam que j'ai essayé de lire
!) 


22 juillet, 09:56 · 


















Alexiane non c'est moins rude ...chattam j'ai eu du mal également pourtant ...il m'en faut car j'aime ce genre de lecture
lol! 


24 juillet, 15







kidae 31/07/2013 09:41



 Kidae :Que veux-tu dire par
"la couverture ne donne pas la vraie mesure de ce livre" ?